GROENLAND – Rive droite

04/02/2011 : En route pour l’Islande

Et oui, pour aller sur la Côte Est du Groenland en février, passage obligatoire par l’Islande… On ne va pas s’en plaindre ! Le passage sera court (arrivée à 15h45) mais on en profitera bien pour faire un petit tour au Blue Lagoon. C’est un véritable plaisir de voir l’Islande sous la neige, même si nous n’en profiterons que très peu. Au dîner, soupes typiques islandaises (un régal) puis nous partons nous coucher pour être en forme demain, car nous partons pour Tasiilaq !

05/02/2011 : Puis le Groenland

C’est ce matin que nous partons vers le Groenland. Première rencontre avec Tina, avec qui nous passerons tout ce séjour. Nous montons dans ce petit avion à hélice et c’est parti, avec une vue imprenable sur Reykjavik. Le Groenland, c’était un rêve. Voilà qu’on s’en approche à grands pas. Et c’est sous un soleil magnifique que nous arrivons à Kulusuk. Le « séjour » sera de courte durée, car nous devons prendre un hélicoptère pour Tasiilaq dans quelques heures, mais nous profitons de ce temps radieux pour aller visiter ce petit village de 300 habitants. Rien que l’arrivée à Kulusuk est assez émouvante, car des familles entières sont venues attendre les Groenlandais qui reviennent de Reykjavik, où ils ont été hospitalisés. Les enfants jouent dans la neige, nous nous joignons à eux… Le village est assez coloré, avec des petites maisons en bois de toutes les couleurs. Environ 3 heures après notre arrivée, notre hélicoptère arrive. C’est une première pour moi et j’en profite complètement : la vue est imprenable, nous survolons le fjord gelé avec, pour couronner le tout, un très beau coucher de soleil. Le vol ne durera que 10 minutes, on en redemanderait. Arrivés à Tasiilaq, nous nous rendons compte que la région est très vallonnée et la ville ne fait pas exception à cela. Notre hôtel est sur les hauteurs de la ville. Pour le moment nous avons droit à un transfert, mais il va falloir donner pour revenir se promener du village. Le premier soir, nous aurons beaucoup de chances : les aurores boréales sont venues nous rendre une petite visite ! Elles sont toutes vertes et je suis bien contente de voir que je réussi à en prendre quelques photos (mes photos d’aurores boréales n’avaient pas été d’une grande réussite jusqu’ici).

06/02/2011 : Motoneige

Aujourd’hui, nous rencontrons nos guides : c’est avec Julius, Gert et Mikael que nous passerons nos prochaines journées. Seul Julius parle vraiment l’anglais mais ce n’est pas très important car le contact passe immédiatement bien. Ce sont des personnes exceptionnelles : calmes, douces, d’un naturel joyeux. Nous partons donc chacune sur notre motoneige, avec un guide chacune. Nous ne conduirons pas les motoneiges (sauf sur le lac, bien plat), car ce n’est pas possible ici. Et nous réalisons très vite pourquoi : le paysage est non seulement très vallonné, mais il y a surtout de très gros rochers partout, entre lesquels il faut savoir zigzaguer. Certes nous pourrions le faire, mais cela nous prendrais un temps fou (et une énergie folle !). Nous en profitons donc pour admirer le paysage. Il fait beau. C’est beau.

Nous partons dans les montagnes environnantes et croisons quelques pêcheurs partis en motoneige ou avec leur traîneau à chiens pour faire de la pêche sur glace dans le fjord de Tasiilaq. C’est un véritable bonheur de profiter de cette nature intacte. Julius s’arrêtera même pour me faire boire de l’eau qui s’échappe au milieu de la neige et de la glace, venant des profondeurs de la terre. Elle est délicieuse, peut-être l’eau la plus pure que je n’ai jamais bue… Vers 16h-17h, nous nous arrêterons dans les hauteurs pour profiter d’une vue incroyable sur les environs et apprécier le soleil qui descend doucement. Nous serons rentré bien avant qu’il fasse nuit, on ne peut pas prendre de risques ici.

Le soir, après un dîner très copieux à l’hôtel, nous décidons d’aller visiter le petit bar local. Nous sommes vendredi soir et le bar n’est ouvert qu’une fois par semaine. Il s’agit en fait d’un local assez petit, mais avec un billard et quelques tables à côté du bar. Nous ne resterons pas tard : les esprits s’échauffent un peu du fait de l’alcool et nous ne voulons pas assister à une bagarre. De toute façon nous avons une bonne journée qui nous attend demain.

07/02/2011 : Traîneau à chiens

Aujourd’hui nous rejoignons nos guides sur le fjord gelé. Cette journée sera consacrée à la découverte du traîneau à chiens. Nous avions déjà entendu les chiens hurler la veille au soir… Une chose est sure, ce ne sont pas des animaux de compagnie mais plutôt des loups ! D’ailleurs nous n’avons pas le droit de trop les approcher. En attendant l’arrivée du prochain guide, Mikael calme ses chiens en leur parlant calmement. « Relaxez-vous et allez vous coucher ». Il fait moins beau aujourd’hui, nous avons plus de vent, mais nous partons bien couverts donc tout va bien. Les chiens sont partis, ils sont heureux de pouvoir courir et nous le font bien savoir, en aboyant bien fort. Ça secoue plus que la motoneige et c’est aussi plus sportif : dans les grosses montées, il faut descendre pousser le traîneau pour aider les chiens… Quand on sait que la neige nous arrive au genou, courir dans la neige n’est pas aisé ! Mais comment font-ils les groenlandais pour se déplacer aussi facilement ? Je dois avouer être tombée une ou deux fois… Mais dans les descentes, de très belles sensations ! Après quelques heures dans cette si belle nature, notre dernière journée entière avec les guides se termine. Nous les retrouverons le lendemain au soir pour un dîner 100% groenlandais chez Gert.

08/02/2011 : Tasiilaq

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de la petite ville de Tasiilaq et à la rencontre de ses habitants. Pour commencer : l’école. Nous irons voir les petits dans un premier temps. Adorables du haut de leurs 5 ans ! Le cours de danois commence, avec une maîtresse danoise et une maîtresse groenlandaise. Après une petite récréation ensemble (avec instants bonbons-jeux-photos – les petits nous ont piqués nos appareils photos pour s’essayer à quelques clichés… je pense que je les garderai longtemps !) nous partons voir les plus grands (14 ans). L’ambiance est bien sûr différente : pas forcément studieuse, les ados écoutent la musique et discutent pendant le cours. Ils sont assez marrants, à nous sortir tous les mots français qu’ils connaissent : un, deux, trois et quatre. Après l’école, petit tour au supermarché. Ce qui m’a le plus marqué : on trouve en vente des cornes de rennes, et à côté des céréales se trouvent… les fusils ! Le rayon fruit et légume frais est en fait le rayon des pommes. Nous nous promenons encore un peu dans la ville, passons au petit magasin de l’office de tourisme (d’où je ramènerai un Tupilak et un protège-oreille en peau de phoques) et repartons vers l’hôtel. Finalement nous nous sommes vite rendu compte que la montée n’était pas si terrible que cela. Par contre le temps s’est franchement gâté et une tempête se prépare… C’est ça le Groenland, le temps change si vite !

Ce soir, nous partons sous un vent phénoménal et une grosse tempête de neige pour dîner chez Gert. Au menu : que du local ! Soupe (à la baleine), salade de baleine, poisson séché et phoque séché. La baleine crue n’est pas forcément à mon goût mais la soupe est excellente. Et nous passons surtout une excellente soirée avec toute cette petite famille qui nous accueille de tout son cœur…

09/02/2011 : retour… ou pas !

Aujourd’hui c’est notre dernier jour à Tasiilaq. Ah non ! En fait la tempête est devenue assez terrible et aucun avion ni hélicoptère ne peut décoller. Journée un peu triste car nous sommes bloquées à l’hôtel. Le vent souffle très fortement et, avec la tempête, les températures sont remontées, passant même au dessus de zéro. Nous resterons finalement coincés pendant 6 jours : d’abord le vent souffle très fort sur nous (atteignant les 180km/h une nuit) puis sur la mer entre l’Islande et le Groenland, empêchant tout vol entre Kulusuk et Reykjavik. Mieux encore, après la montée des températures, la grosse quantité de neige qui était tombée au début de la tempête et pendant l’hiver fond, l’héliport de Tasiilaq est inondé. Certains jours sont difficiles (c’est-à-dire les jours où la tempête est complètement sur nous : c’est beau mais nous ne pouvons rien faire) et d’autres nous permettent d’en découvrir un peu plus de la ville. Entre autre, nous iront au musée local – situé dans l’ancienne église de la ville, il est axé sur les coutumes locales. Ce n’est pas très grand mais vraiment très intéressant et le guide, un américano-danois, est très gentil et possède une grande connaissance des us et coutumes groenlandaises ainsi que de l’histoire de la région. Nous irons aussi voir la « Red House ». Décidément cette ville est pleine de surprises : la « Red House » appartient à un italien, Robert Peroni, qui y habite depuis plus de 30 ans. Il est non seulement adorable (il nous accueillera avec une bonne tarte faite maison) mais surtout d’une culture intarissable, que ce soit sur la région ou sur les phénomènes météorologiques… Encore une vraie belle rencontre. Nous repartirons finalement en direction de l’Islande le 15 février et arriveront à Paris le 16 février, après toutes ces péripéties ! Avec de si belles images en tête…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par Natacha et Julia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s