TCHOUKOTKA : L’HOMME QUI VENAIT DU FROID

 

Pour son premier voyage en Europe, en France, Evgueni Bassov, voyageur écrivain russe de la Tchoukotka nous a fait découvrir un autre Nord, tout à l’est de la Russie.

Avec son sourire désarmant et ses yeux bleus, la peau bronzée par les vents polaires, gêné comme peut l’être un homme qui a parcouru à pied des milliers de kilomètres dans la toundra polaire et qui se retrouve pour la première fois en Europe, à Paris, sans parler un seul mot de français, voici Evgueni Bassov.

bassv-inter

Historien et professeur d’école, devenu aventurier et écrivain… La vie n’est pas une ligne droite…

Nous terminons en France un cycle de 4 conférences – rencontres avec Evgueni Bassov qui nous a fait voyager dans le temps et dans l’espace, entre traditions et modernité, toujours plus à l’est, à travers toute la Tchoukotka, de la Kolyma jusqu’au détroit de Béring.

Avant son retour en Tchoukotka où l’hiver s’est déjà franchement installé, profitant des précieux rayons du soleil sur la terrasse du café parisien, tout juste à côté du restaurant PROCOPE où nous avons dîné à la veille (clin d’œil aux connaisseurs historiens) Evgueni Bassov répond à mes questions.

Après vos conférences, plusieurs personnes semblent intéressées par votre région. La question principale posée est celle du choix du voyage. Compte tenu de la superficie de la Tchoukotka quelle est la partie la plus intéressante ?

Les 4 sous-régions sont totalement différentes. En réalité, peu importe. L’essentiel c’est de comprendre que la Tchoukotka toute entière ne peut pas être perçue selon les schémas traditionnels du tourisme. Ce n’est pas une terre de curiosités touristiques mais celle des sensations curieuses. La Tchoukotka est une autre planète. La Tchoukotka est un état dans un état. Son hymne est le vent, son drapeau est le soleil, sa loi est celle de la toundra, sa devise sont les rapports humains.

Quand vous voyagez en dehors de la Tchoukotka qu’est-ce qui vous étonne le plus ?

J’ai grandi à Providenia, au bord de la mer de Béring où les vents sont constants et les tempêtes sont sévères. La vie a du mal à s’accrocher ici, il n’y a que les cailloux. Mon premier étonnement de gosse a été de découvrir la profusion et la taille des arbres. C’est extraordinaire, les arbres ! Depuis je ne cesse pas de m’émerveiller de cette création de la Nature.

Vous êtes souvent en vadrouille, parfois vos expéditions sont longues, voire dangereuses. Comment votre famille réagit face à vos absences ?

Ma réponse vous déplaira probablement mais il faut vivre en Tchoukotka pour déchiffrer certains codes… La vertu principale de la femme plus particulièrement en Tchoukotka est la patience. La femme attend toujours, l’homme part toujours… à la guerre, en expédition, au bania, au foot, à la pêche, dans la toundra, au diable ! L’homme a besoin de bouger, besoin de relever des défis. L’appel de l’extrême n’est pas une pose, c’est un désir inconscient de l’homme de survivre comme espèce… L’adrénaline est comme l’air pour un homme. L’homme est plus efficace dans les moments de stress, le traintrain lui ramollit la cervelle. Mais il part pour revenir et il revient toujours s’il est attendu. J’aime ma femme.

Certaines femmes ne seront pas d’accord avec vous ?

Heureusement ! Le monde a besoin d’exceptions, elles animent l’esprit critique. Les baroudeuses sont les bienvenues, homme ou femme, c’est l’esprit qui est important.

Je sais qu’il vous arrive de guider des groupes d’amateurs d’extrême. Qui sont-ils ?

Ce sont des hommes, avant tout. La virilité et la bravoure, pas toujours justifié d’ailleurs, fait partie de la civilisation russe depuis des siècles. Dans le monde d’aujourd’hui, l’homme à col blanc a besoin de se sentir homme. Et il n’y a que la Nature sauvage qui est capable de lui fournir la charge énergétique nécessaire. Ni la salle de sport, ni le jogging dans Central Park, rien ne replacera cette extraordinaire sensation de liberté. Sans parler de la leçon de vie et de la sagesse ancestrale qui vous pénètre par vos talons quand vous marchez dans la toundra. C’est une thérapie contre les obsessions perverses de la modernité. Dans la toundra on réapprend à se faire confiance, à s’écouter, à partager.

Est-ce que parmi vos périples, il y a des itinéraires qui sont accessibles aux personnes en bonne forme physiques sans être de grands sportifs ?

Bien sûr ! Il y a des itinéraires tout à fait accessibles à tous. Il y a des voyages qui sont principalement à caractère ethnographique, à la rencontre des Tchouktches éleveurs de rennes ou chasseurs des mammifères marins. Mais pour apprécier le voyage il faut accepter deux choses. D’abord, l’inconfort, puisque rien n’est fait ici pour le tourisme. Le tourisme en Tchoukotka est à l’état embryonnaire ; il se développe non pas « grâce à » mais « malgré tout ». Cette terre est encore à explorer ; apprécions cela à sa juste valeur. Deuxièmement, l’inconnu du timing. Nous sommes à la merci de la météo et l’aviation est le seul moyen de se déplacer à l’intérieur des terres en été. Il faut donc lâcher prise à l’avance, se détacher de ses attentes ou de ses impatiences et vivre le voyage tel que des forces qui nous sont bien supérieures le veulent bien. C’est certainement dur à accepter pour l’occidental vivant dans une grande ville moderne, mais c’est ça le voyage. A l’aventure donc !

bassv-inter-2

Vous avez aimé la France ?

                J’ai adoré, je reviendrai…

Encore sur la Tchoukotka

Interview avec Evgueni Bassov, voyageur russe de la Tchoukotka, par Julia Snegur

2 réflexions sur « TCHOUKOTKA : L’HOMME QUI VENAIT DU FROID »

  1. Je regrette de ne pas avoir pu assister à cette soirée et aimerais encore en savoir plus pour peut-être aussi partir mais dans les conditions les moins extrêmes pour la température, le reste ce n’est pas grave…
    Merci pour l’envoi du message

    Joëlle Monvoisin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s