AURORE ASSO & NORD ESPACES : la passion du Grand Nord

Entretien avec Aurore Asso, championne française d’apnée, « très heureuse de porter les couleurs du drakkar viking de Nord Espaces ».

aurore-asso

Nord Espaces est partenaire de vos exploits depuis 2010. Voyager, est-ce pour vous une contrainte ou une opportunité ?

La plongée en apnée m’a amenée à voyager dans de nombreuses mers et océans : la mer Rouge, l’océan Indien à la Réunion, l’archipel d’Okinawa au Japon, la mer des Caraïbes au Yucatan, en Martinique et en Guadeloupe, les Antilles néerlandaises, la mer de Cortez en Basse-Californie du Sud, à Hawaï, mais aussi l’océan Arctique au Groenland. J’ai l’impression de découvrir le monde à partir de ses rivages et c’est pour moi un grand privilège. C’est pourquoi, en retour, je veux contribuer à la sensibilisation du grand public en vue de la conservation des milieux marins. Tous ces voyages ne m’ont jamais éloignée de « mer natale « , MARE NOSTRUM. J’aime Nice et la rade de Villefranche, j’aime sentir l’ampleur des saisons dans l’eau de mer et je me sens plus méditerranéenne que française 🙂 !

Vous avez réalisé en 2015 deux records mondiaux sous la banquise du Groenland. Pourquoi cette contrée est-elle chère à votre cœur ?

Les espaces du Grand Nord portent l’âme de Malaurie, Amundsen et de tant d’autres grands explorateurs… Une passion commune avec Nord Espaces… L’Arctique, c’est un peu la haute montagne au bord de la mer, c’est à dire tout ce que j’aime ! Avec le projet « Un souffle pour l’Arctique », je voulais explorer l’envers de la banquise pour témoigner de la beauté et de la fragilité de ce milieu.

Aurore Asso3.jpg

En quoi consiste l’appui de Nord Espaces ?

Nord Espaces me soutient financièrement depuis le début de mes aventures en apnée, pour  que je puisse vivre ma passion. Mais son appui ne se limite pas à cela.  Toute l’équipe est solidaire et de grande confiance : je peux parler très ouvertement de mes projets, mais aussi des doutes survenant parfois dans les phases de réalisation. J’ai la certitude que l’on y suit ma carrière sportive et professionnelle avec un regard à la fois bienveillant et porteur d’avenir.  Les encouragements – et parfois les mises en garde ! – de Nord Espaces ont toujours été des aides précieuses pour la réalisation de mes projets.

Votre agenda 2017-2018 est bien rempli.

Priorité cet hiver sur la mer de Ross, en Antarctique, qui est sans aucun doute une merveille du monde aquatique. Le 1er décembre 2017, le plus grand sanctuaire marin du monde y verra le jour : 1,55 millions de Km2 (plus de deux fois la superficie de la France), fréquentés par 16 000 espèces. La mer de Ross est l’un des derniers écosystèmes marins intacts de la planète, si isolée que les dégâts de la surpêche et de la pollution ne l’ont pas encore atteinte. Je vais tout faire pour trouver un bateau qui s’y rend cet hiver, embarquer avec ma combinaison et mon appareil photo. Je ne sais pas encore si j’arriverai à boucler le budget d’un tel voyage. Mais je vais procéder comme pour l’Arctique et comme le fit Amundsen pour son passage du Nord-Ouest : trouver un moyen de partir  et les financements suivront ! Mon but est de témoigner dans un magazine via un récit et des photos, ainsi que d’effectuer un repérage en vue d’y retourner, pour cette fois faire un documentaire. Je suis convaincue que pour sensibiliser le grand public à la protection de l’environnement marin, il ne faut pas seulement des constats alarmistes (même s’ils sont nécessaires). Il faut aussi, quand c’est possible et même si c’est très rare, des constats positifs, qui permettent de rassembler  l’opinion publique pour la préservation et/ou la restauration la biodiversité marine. La politique adoptée par les médias, parfois trop pessimiste, invite à baisser les bras. Il y a des endroits de la planète où la biodiversité marine est exceptionnelle ; il faut absolument braquer les jumelles sur ces sanctuaires pour montrer ce qu’il ne faut pas perdre (la mer de Ross par exemple) ou ce que l’on peut retrouver grâce à l’homme (cas de la réserve de Cabo Pulmo en Basse-Californie du Sud), avant de dire qu’on a tout perdu irrémédiablement. L’Antarctique intéresse beaucoup d’apnéistes…

aurore-asso2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s