ESTONIE: lac Peïpous ou lac des Tchoudes

Je me souviens de notre échappée, aux confins de ce petit pays Baltique, l’Estonie, vers le lac Peïpous – que l’on trouve parfois orthographié Lac Peipsi, tant la langue estonienne est particulière – ou lac des Tchoudes (en russe, « tchoudo » veut dire miracle). Quatrième lac d’Europe par sa superficie, le lac Peïpous forme une frontière naturelle, entre l’Estonie et sa grande voisine, la Fédération de Russie.L’UNESCO s’est intéressée dès près à ce lac dans le cadre de ses programmes.

estonie-peipous-13

Ses côtes offrent des paysages contrastés : falaises de rochers, étendues de sable ou zones marécageuses, couvertes de roseaux et de joncs.

estonie-peipous-8

C’est aussi l’occasion d’aller à la rencontre de communautés de Vieux Croyants. Les vieux croyants sont des groupes chrétiens issus de communautés qui se sont détachés de l’Eglise Orthodoxe russe dès le 17ème siècle, en 1666. A cette époque, le patriarche russe a voulu rapprocher les églises orthodoxes de Russie et de Grèce et a provoqué un schisme (Raskol en russe) avec certains fidèles soucieux de conserver leurs rites anciens.

Je vous emmène à la découverte de ce lac aux 520 km de rivage, protégé par la convention Ramsar, relié au Golfe de Finlande par la rivière Narva et dans lequel se jettent pas moins de 240 affluents.

Après avoir emprunté des routes boisées, aux essences diverses et semblant mener nulle part, nous arrivons enfin.

estonie-peipous-1

Avant d’atteindre, le rivage, il nous faut traverser une forêt de pins, au sol sablonneux.

estonie-peipous-7

Le lieu est surprenant et particulièrement serein… abritant un cimetière russe aux tombes joliment fleuries. Nous suivons très respectueusement et silencieusement un chemin qui nous conduit au lac.

estonie-peipous-2

Et là une surprise nous attend ! Nos repères sont soudain brouillés. Sommes-nous bien à l’Est de l’Estonie ? Devant nous un paysage à la fois inattendu et familier… Nous pourrions nous croire transportés sur la côte Sauvage ! Ce n’est pas un lac qui s’étend devant nous, mais une véritable mer intérieure, avec son rivage de sable à perte de vue, ses petits abris de bois ou postes de secours, ses vagues qui doivent certainement être plus impressionnantes par jour d’ouragan, dans cette zone de forte activité cyclonique où 130 ouragans en moyenne sont dénombrés par an ! Nous quittons le lac, un peu désorientées, mais ravies d’avoir été transportées au bord de la mer quand nous nous y attendions le moins !

estonie-peipous-6

Sur notre route, une église orthodoxe aux lignes épurées et aux bulbes et clochers verts et noirs nous invite à un nouvel arrêt. Nous y pénétrons pour découvrir un très bel autel aux icônes et dorures si particulières aux églises orthodoxes et qui les rendent tant accueillantes et chaleureuses. A notre sortie, deux sœurs du couvent viennent à notre rencontre. Les gestes et sourires remplaçant les mots, elles nous invitent à découvrir leur univers. Nous repartons, heureux de cet échange.

Bientôt nous arrivons dans un petit village du bout du monde, Vasknarva, sous un ciel bas. Derrière les maisonnettes de bois colorées, Peïpous a retrouvé ses allures de lac avec ses roseaux et joncs, ses barques nonchalantes. Au-delà du lac et au bout du chemin …. la Russie !

estonie-peipous-4

Nous rebroussons chemin et reprenons notre route. Plus loin, sur l’horizon, se détachent, impressionnants, les bulbes dorés d’un autre couvent, plus connu celui-là, le Couvent orthodoxe de Pühtitsa à Kuremäe fondé en 1891.

Cette échappée aux confins de l’Europe bouleverse les repères du voyageur : il se croit au cœur du territoire européen et il se retrouve face à une mer intérieure ; la religion orthodoxe et la foi des Vieux Croyants sont omniprésents dans le quotidien local et le regard du touriste ne peut qu’être intéressé par cette autre façon de vivre, ce dépaysement total, cette impression de bout du monde où le temps s’est arrêté ; c’est d’autant plus vrai, on le voit bien, que les visiteurs ne sont pas nombreux, même si ils sont accueillis avec toute la gentillesse et la bienveillance possibles. L’Estonie nous avait été conseillé comme permettant un voyage différent ; l’itinéraire que nous avons suivi vers le Lac Peïpous et ses environs nous a permis une approche à laquelle nous avons été sensibles et surtout nous a permis de remplir nos mémoires d’images inédites qui nous ont marquées par leur douceur et leur originalité même si les paysages semblent n’avoir rien d’exceptionnel… Et pourtant …

estonie-peipous-12

Encore sur les Pays Baltes

Par Lydie Difonis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s