Notre découverte de la Sibérie et du lac Baïkal

Nous sommes rentrés enchantés de notre voyage en Sibérie. Nous nous attendions à des températures plus froides que celles auxquelles nous avons été confrontés. Le programme du voyage était bien équilibré : visites des ville/village d’Irkoutsk et de Listvianka, excursions dans un certain isolement le long du lac Baïkal, au nord de Listvianka ou lors de la traversée en motoneige vers  Vydrino. La brume qui recouvrait le lac donnait une impression irréelle de nulle part. Les quelques heures passées dans le transsibérien nous ont permis de nous faire une idée du train, du wagon restaurant aux voitures de troisième classe. L’histoire était aussi au rendez-vous avec la tragique et romanesque épopée des décembristes.

Tout cela a été mis en relief par l’accueil et la grande gentillesse de nos hôtes : Galina, à Irkoutsk, qui nous a fait découvrir une partie de la cuisine sibérienne et le jovial Nikolay, à Listvianka, aux divers talents dont celui de maitre d’œuvre de la bania, ainsi que les différents chauffeurs ou guide des glaces qui nous ont conduits sur les routes et sur le lac. 

Enfin, que dire de notre charmante guide Alyona ! Dans un français d’une perfection que beaucoup de nos concitoyens pourraient lui envier et avec un très grand professionnalisme (connaissances multi-domaines), elle a grandement contribué à la réussite et à la bonne ambiance du voyage. Elle est une merveilleuse ambassadrice de sa région et, pour nous, c’est une fierté de voir notre langue ainsi représentée dans ces contrées.

Nous avons juste eu une petite frayeur lors du trajet aller. Le délai pour la correspondance à Moscou entre les 2 vols était de 2 heures mais a été amputé de plus de trente minutes en raison de conditions climatiques un peu difficiles pour l’atterrissage du vol de Paris. Nous avons dû solliciter au pied levé la bienveillance des personnes dans la file d’attente au contrôle des passeports pour pouvoir récupérer nos bagages et les enregistrer sur le vol d’Irkoutsk avant que celui-ci ne parte.  

Nous ne savons jamais de quoi peut être fait l’avenir, mais cette première découverte de la Sibérie éveille forcément des envies : voyager dans le transsibérien, voir le lac Baïkal dans son état liquide, sonder enfin, autant que possible, cette âme russe (doucha)…

Christine et Daniel ( au retour du voyage Vertige de Sibérie )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s