Emotions groenlandaises

Les bourrasques de neige entrecoupées d’éclairs et ponctuées de tonnerre ont permis aux parisiens de mesurer la force de la Nature …

Deux artistes sont soupçonnés par Nord Espaces d’avoir organisé cette démonstration, alors que rien ne le laissait envisager : Un peintre, artiste visuel, aux aquarelles de couleurs pures et au coup de crayon très respectueux du réel tout en en mettant en évidence la symbolique ainsi qu’un écrivain connu pour la précision du verbe, l’humour, l’humanité et en même temps un réalisme éloigné de tout parti pris ; ils reviennent d’un voyage effectué ensemble au Groenland et sont allés ce mercredi 26 avril à la rencontre des amis de Nord Espaces pour partager leurs émotions de voyageurs.

Groenland conférence nord espaces 1

Le Groenland, cette terre viking d’Erik le Rouge et des grandes explorations polaires de Charcot à Malaurie, est le témoin privilégié – malheureusement si l’on peut utiliser ce terme – du réchauffement climatique : nombre de personnalités politiques, de ministres ou d’ambassadeurs vont sur place constater le phénomène.

Et donc, c’est dans les élégants et douillets locaux de la Fondation Danoise que Julien Blanc-Gras, l’écrivain  et que Gildas Flahault, le peintre, sont venus partager avec Nord Espaces leurs émotions de voyageurs dans la Baie de Disko, à l’ouest du Groenland, dont ils ont tiré chacun un ouvrage paru aux Editions Paulsen.

Les éditions Paulsen se spécialisent dans les ouvrages de voyages vécus ; après la Mer des Cosmonautes de C. Gras racontant la vie des russes travaillant dans une station scientifique en Antarctique, Nord Espaces a donc choisi à nouveau de proposer à ses amis de découvrir des œuvres de voyageurs publiées par cette maison dont le logo est un renne stylisé comme un symbole runique :

Julien Blanc Gras, auteur de « Briser la glace », et Gildas Flahault, auteur de l’ouvrage « Le bal des glaces » se sont montrés aussi passionnants et intéressants que stylo ou pinceau à la main : le public Nord Espaces a ainsi pu partager la beauté d’une navigation au plus proche des glaciers, au milieu des icebergs multicolores et des mammifères marins.

Il fallait voir Gildas dessiner de ses mains dans l’espace de la Fondation Danoise le basculement des icebergs dans les eaux glacées, provoquant un tsunami qui balaie les côtes rocheuses, ou transcrire la beauté des paysages qui défient l’imagination par leur amplitude, avec, nichée aux creux des fjords, une présence humaine qui s’accroche à la vie depuis des millénaires.

Il fallait entendre Julien exposer les rencontres faites avec le peuple inuit ou les danois du Groenland, souligner les espoirs et les contradictions qui apparaissent avec les possibilités d’exploitation du pétrole ou même de l’uranium.

Il fallait partager avec Gildas et Julien leur découverte de la gastronomie groenlandaise traditionnelle et des règles de séduction qui existent sous ces latitudes.

Ils n’auront pas évité l’évocation des problèmes sociaux (la politique d’assistance, les logements sociaux de Nuuk la capitale, l’alcool) mais ce qui les a surtout frappés c’est ce mélange de modernisme (ah les bars avec des orchestres de rock and roll ou les inuit sont des professionnels de la guitare électrique !) et de tradition et d’attachement à la culture (ah, ces T-shirts revendiquant la culture inuit !).

La séance de dédicaces qui a suivi un échange très libre et très ouvert entre un public conquis et les artistes a permis à certains de repartir avec une œuvre d’art originale de Gildas ou d’approfondir le dialogue avec Julien.

Elle aura même permis à ce dernier d’échanger avec Alexandra, le contact colombien de Valérie pour la marque Espaces Andins  de Nord Espaces dédiée à l’Amérique du Sud et de se rappeler son voyage dans ce pays tel qu’il l’a décrit dans son ouvrage « touriste ».

Un grand merci pour cette évocation vivante et interactive du Groenland, l’une des plus belles destinations au monde, (parole de deux grands voyageurs !) dans une l’ambiance unique des locaux de la Fondation Danoise, avec une tempête de neige hyper réaliste en hors-d’œuvre, et la douceur d’un soir parisien plein d’amitié en conclusion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s