Une journée dans la vie d’un guide-interprète à Saint-Pétersbourg

Bonjour à tous. J’habite à Saint-Pétersbourg, où je suis guide-interprète au Musée de l’Ermitage. C’est un « beau métier qui n’exige pas de diplôme particulier ». Il suffit de parler des langues étrangères, d’être spécialiste en histoire russe, en religion orthodoxe, en histoire de l’art, d’être psychologue, de savoir se lever tôt, de ne pas avoir de problème de dos ou de genou, de ne pas être sujet aux migraines, de répondre avec le sourire aux questions politiques et d’être toujours de bonne humeur ! Parce que les gens viennent à Saint-Pétersbourg pour faire un beau voyage, connaître cette ville mythique et profiter de l’ambiance toute particulière de la cité des tsars. Je vous raconte TOUT !

En début de saison, je prépare ma tenue et mon kit de combat : basquets, thermos, aspirine, lunettes de soleil, parapluie, cap de pluie, casquette, barres énergisantes aux céréales et pansements pour les ampoules…

Je me lève à 6H00 du matin, remplie mon thermos de café avant de quitter mon appartement dans un grand immeuble de banlieue, pour rejoindre le centre historique de Saint-Pétersbourg. Je « remonte » – comme l’on dit chez nous 🙂 – à la station métro Tchernishevskay, puis marche.  En juin, le samedi à cette heure-ci, la ville dort encore. Il n’y a dehors que des guides et des touristes. Les miens, deux adultes et deux ados, m’affirment vouloir passer une journée entière à l’Ermitage. Nous verrons bien…

Nous arrivons tôt. Si la file d’attente est à cette heure plus courte que d’habitude, nous n’en doublons pas moins tout le monde, car j’ai des billets commandés à l’avance.

Musée de l'Ermitage Voyage Saint Petersbourg 2

Nous enchaînons les salles et j’ai bientôt besoin de mon thermos, sans quoi un chat dans la gorge m’empêcherait de parler. Ce petit chien vous rappelle quelqu’un ?

Musée de l'Ermitage Voyage Saint Petersbourg

Impossible, car il décorait déjà une cheminée au 17ème siècle ! 🙂

Cela fait maintenant trois heures que nous sommes au Musée de l’Ermitage. Je vois sur ma droite une flèche  « Sortie », mais non ! Nous ne cherchons pas la facilité. Nous arrivons dans une salle bondée où l’on ne voit même pas les toiles. Forcément, c’est une salle consacrée à Leonard de Vinci. Mais nous avons de la chance, car il n’y a devant nous qu’un groupe de trente personnes. Bienvenue à Saint-Pétersbourg en juin !

Musée de l'Ermitage Voyage Saint Petersbourg 3

Notre unité de combat se fissure bientôt. Le chef de meute regarde sa montre et suggère : « On pourrait bientôt manger quelque chose ? ». Nous poursuivons par une salle du Nouvel Ermitage aux vingt colonnes et vases grecs antiques. Le sol est ici magnifique avec l’une des plus belles mosaïques au monde. Ensuite la salle d’Egypte, l’escalier de Jordanie, l’horloge du paon qu’il est maintenant impossible d’approcher. Il y a de plus en plus de monde. C’est certainement le cas pour tous les grands musées, mais alors l’Ermitage à la mi-juin…

Nous y sommes depuis plus de quatre heures et mes touristes sont braves, ils tiennent le coup ! La galerie de Raphaël, la salle des armures, la salle du Titien… pleines à craquer… nous repassons à côté de la salle de Leonard de Vinci, ce n’est plus la peine d’y penser, heureusement que nous l’avions vue avant. Ensuite la salle de Michel-Ange, bondée aussi. Enfin la salle de Rubens, que j’adore. Je me sens ici une femme désirée par le peintre, retrouvant mes formes généreuses sur toutes les toiles ! Passons dans la salle de Van Dyck…

Il est 15 heures… Le petit Paul gémit : «  Je ne peux plus… ». Le père approuve aussitôt. Mais nous, les femmes, sommes plus résistantes : nous atteignons une demi-heure plus tard la salle de Picasso. Mes dames, mère et fille, regardent alors la place du Palais par la fenêtre et je comprends qu’il est temps de sortir.

Nous traversons les appartements de l’impératrice Maria Alexandrovna. Ici et là gisent les corps de combattants victimes de leur bataille avec la Grandeur de l’Art.

Musée de l'Ermitage Voyage Saint Petersbourg 1

Je signale à ma troupe que l’Ermitage est ouvert aujourd’hui jusqu’à 21H00, en horaire nocturne. Les deux femmes lèvent les yeux au ciel et je comprends que l’information n’est plus utile :-).

A la fin, je déballe ma pharmacie : pansement pour la fille, aspirine pour la mère. Les deux déserteurs nous retrouvent à la sortie. Je les conduis ensuite dans un café avec terrasse, pour se refaire une santé avec de délicieuses pâtisseries, dans une ambiance apaisante. Je recevrai plus tard une carte postale de New-York, la famille me remerciant de lui avoir forgé le caractère pour affronter le monde des arts. J’aime mon métier.

De petits conseils. Venez à Saint-Pétersbourg quand vous le pouvez, mais…

1 : Sachez doser.

2 : Venez le plus tôt possible à l’ouverture ou pour la nocturne.

3 : Si vous aimez l’art, venez en hiver ! Pour être seul ou presque au Musée de l’Ermitage… Comme Catherine la Grande quand elle pouvait dire : « Il n’y a que moi, mes trésors et mes souris »…

Mais je compte sur Nord Espaces pour vous conseiller pour votre voyage à St. Pétersbourg !

Par Olga BVS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s