Un film d’animation pour les adultes : le chien, le général et les oiseaux

J’aimerais partager avec vous ma petite trouvaille : un film d’animation pour les adultes « Le chien, le général et les oiseaux », une merveille de poésie et de tendresse de Francis Nielsen, dont l’univers visuel est inspiré du peintre russe Chagall. L’histoire racontée par Philippe Noiret se porte sur ce que nous pourrons appeler la destinée : la vie avec ses choix, sa résilience, ses devoirs, sa quête de la vérité, de la paix intérieure et de la justice. Je citerai à cette occasion Léon Tolstoï : « ceux qui sont fiers d’avoir la conscience propre et tranquille, souffrent d’une mauvaise mémoire »…

Le métier qu’on choisit, qu’on nous fait choisir ou qui nous choisit… façonne toujours notre manière de voir le monde. Les conséquences d’une erreur, d’un choix, de malchance ou de l’incompétence ne sont pas les mêmes pour le météorologue et le démineur, pour le parachutiste ou le pilote de ligne, pour l’acteur de cinéma ou le soldat. Certains métiers développent nos sens créatifs, d’autres étouffent notre sensibilité. Certains vous placent sous la lumière des projecteurs, d’autres vous plongent dans la solitude. Et parfois, les deux à la fois…

Alors, donc ce film… Il y a longtemps, lors de la campagne russe, Napoléon 1er s’est approché de Moscou et ses troupes finissent par pénétrer dans la capitale russe étrangement déserte. Le 15 septembre 1812, de nombreux foyers d’incendie éclatent à Moscou, prenant au dépourvu la Grande Armée de Napoléon. Voici le seul fait historique sur lequel Tonino Guerro construit sa saga… Un jeune général a mis le feu à Moscou pour sauver la Russie et pour cela il a concrétisé une idée incroyable qui paraîtra bien cruelle : sur les hauteurs de Moscou, les soldats russes ont pu à distance enflammer les maisons en bois. Une fois devenu vieux et à la retraite dans la ville de Saint-Pétersbourg, des remords quant aux dommages collatéraux empoisonnent son existence…   Avait-il raison ? Probablement… Échangerait-il  la paix de sa conscience contre la chute de la Russie ? Certainement pas… Serait-il possible d’obtenir le pardon de ceux qu’il a utilisés ? Peut-être… Les risques du métier… Et ce pardon, est-il possible de l’obtenir seul ou bien l’amitié, la tendresse, la solidarité peuvent-elles être la solution ?

Une fresque historique aux couleurs de Chagall nous transporte en plein hiver russe où beaucoup d’entre vous reconnaîtront les églises de Moscou, les palais de Saint-Pétersbourg, la forteresse Pierre et Paul et l’Ermitage (à moins que vous n’ayez pas encore fait le voyage et alors c’est par ici )  J’ai été touchée par des nombreux symboles tantôt évidents, tantôt sous-jacents … Celui qui aime stimuler l’esprit par l’art subtil et délicat de la suggestion, sera généreusement servi… Et puis cette débâcle de la Néva magnifiquement rendue dans ce long métrage d’animation qui date déjà de 2003…

Mais je ne suis peut-être pas la seule d’avoir manqué sa sortie à l’époque. La bande musicale du film « Le chien, le général et les oiseaux » est toujours en vente à la Fnac et le DVD est trouvable sur Internet.

Julia Rugens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s