Tuhala en Estonie : une rivière souterraine source de légendes et d’inspiration

Quand Nord Espaces nous avait conseillé d’aller découvrir l’Estonie, je n’ai pas caché ma surprise : qu’est ce qui pourrait nous surprendre dans ce pays dont on entend si peu parler ? Mais comme les conseils de Nord Espaces sont pertinents, nous sommes allés chercher de la documentation : guides, cartes routières auront été notre première approche pour se familiariser avec l’Estonie : je me souvenais qu’en 1990, lors d’une réunion organisée par mon entreprise, il y avait un participant – estonien – qui avait dit que selon lui Tallinn état la plus belle ville du monde ; j’étais alors incapable de positionner Tallinn sur une carte … Donc, c’est quasiment 20 ans plus tard que j’ai pu localiser des lieux comme Tallinn, le lac Peipous qui est quand même excusez du peu le 4ème lac européen par la taille (derrière deux russes et un suédois), Tartu avec l’une des plus anciennes universités (1632), …  Bref, je ne sais plus comment ni où, je suis tombé sur une description du site de Tuhala à proximité de Tallinn … Suffisamment proche pour y aller l’espace d’une demi-journée, suffisamment intrigant pour tenter l’aventure avec notre petite voiture de location…

Et pour aller à Tuhala, il nous a fallu sortir des itinéraires balisés : on quitte le confort de notre hôtel situé dans la vieille ville basse de Tallinn, au charme fou (l’hôtel et la vieille ville), pour prendre la route de Tartu ; après un peu plus d’une vingtaine de kilomètres, il faut quitter la route large – où j’ai rarement vu une telle densité de véhicule de luxe – pour prendre sur la droite une route secondaire et après quelques kilomètres, opter pour une autre voie, qui s’enfonce dans la forêt et où il n’y a semble-t-il aucun passage.

Tuahala Voyage en Estonie 3

La route gravillonnée qui perce les bois est rectiligne ; elle semble s’enfoncer à l’infini petit à petit et les cartes routières ne sont plus d’un grand secours : il faut faire confiance à son instinct, à son sens de l’orientation, d’autant qu’il n’y a personne sur le bord de la route pour vous renseigner … Et d’ailleurs comment aborder le sujet dans une langue quasi unique en Europe, (parlée par 950.000 personnes seulement), aux racines qui mélangent le finnois – ce qui peut se comprendre compte tenu de la proximité de la Finlande – et … le hongrois, avec en plus un peu de vocabulaire russe histoire de parfaire cette langue appartenant – je me suis renseigné – … à la « branche fennique de la famille des langues ouraliennes ».

Tuahala Voyage en Estonie 4

Mais c’est aussi cela un voyage, aller ailleurs ! Pour celles ou ceux que ce type d’expérience intéresse, je recommande un roman étonnant qui s’appelle Epepe de Ferenc Karinthy, écrivain hongrois imaginant que son héros, un linguiste érudit, prend l’avion depuis la Hongrie pour Helsinki en Finlande, mais se réveille ailleurs, dans un pays dont il ne comprend pas la langue ni la culture. Je tiens à rassurer : il est impossible de se perdre en Estonie, de se sentir en danger et l’accueil est toujours positif.

Tuahala Voyage en Estonie 6

D’un coup, sans que rien ne le laisse présager, la voiture arrive à un site étonnant, celui-là même qui était mentionné, Tuhala : une maison simple, des statues posées sur le sol en pente douce, un chien placide semble veiller sur les lieux qui dégagent une impression de sérénité incroyable. On est loin de tout, totalement ailleurs, un peu comme dans un conte pour enfants, mais sans avoir du tout l’impression qu’un ogre va sortir de la forêt qui apparait protectrice et non dangereuse, ou que la maison est celle de la sorcière d’Hansel et Gretel.

Nous passons là un moment d’une grande tranquillité à déambuler au milieu des statues immenses, des visages que nous détaillons en nous demandant pourquoi ils sont là. Le bois environnant n’est pas composé que de pins nordiques mais d’une multitude d’espèces qui semblent s’épanouir parfaitement ici. Nous sommes tirés de notre « ailleurs » de notre « rêverie » par l’arrivée d’une personne qui s’adresse à nous en estonien et que forcément, nous ne comprenons pas. Il dégage une grande gentillesse au point qu’en utilisant juste les mains, des livres et guides avec des images comme support, nous arrivons à nous faire comprendre … un tout petit peu.

Tuahala Voyage en Estonie5

Toujours est-il qu’il nous emmène dans différents points du domaine et nous fait comprendre par moment que nous devons simplement être à l’écoute de ce qui ne se voit pas, des vibrations. Je me souviens avoir lu qu’une rivière souterraine passe à une dizaine de mètres sous la surface du sol, creusant des tunnels et des reliefs tourmentés sur une largeur qui peut atteindre 9 mètres ; notre nouvel ami nous fait sentir les vibrations produits par la rivière qui passe sous nos pieds, avant de nous emmener jusqu’au puit aux sorcières : construit en 1639, il n’est pas très profond (moins de 3 mètres), mais se trouve juste au-dessus d’un karst, une formation géologique due à l’érosion provoquée par la rivière qui a enlevé les roches les plus tendres comme le calcaire ; du coup, à la fonte des neiges, la rivière grossit, l’eau semble bouillonner en cherchant un échappatoire au labyrinthe souterrain et une partie de l’eau de la rivière bouillonnante sort par le puit en question. Le débit peut atteindre alors 100 litres par secondes. Il n’en fallait pas plus pour que Tuhala devienne une terre de légendes, de sorcières et d’inspiration pour des artistes sculpteurs.

A défaut de pouvoir emmener une méga statue, après avoir parcouru l’atelier du sculpteur qui fait office aussi de petit musée, nous gardons en souvenir un petit livre en estonien, auquel nous ne comprenons bien évidemment strictement rien, mais dont les photos nous rappellent une fort belle et douce escapade dans une forêt d’Estonie.

C. Adler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s