Les peintres et les aurores boréales

Thème très peu abordé dans l’Histoire de l’art, les aurores boréales se sont faites une toute petite place dans la peinture nordique, en partie à cause de leur imprévisibilité et des difficultés à capturer ce phénomène extraordinaire. Pourtant, les artistes qui ont osé s’y frotter nous ont délivrés des toiles très intéressantes qui témoignent du regard de leurs époques sur ces lumières longtemps restées mystérieuses. C’est l’occasion de (re)découvrir ce phénomène naturel à travers d’autres images que des clichés photoshopés.

Anna Boberg (1864 – 1935)

Originaire de Stockholm, cette peintre suédoise a étudié la peinture à Paris, à l’Académie Julian. Après son séjour parisien, Anna revient à Stockholm et commence à se faire connaître, notamment auprès de la famille royale et de la princesse Margaret de Connaught qui peint aussi.

Amatrice de peinture en plein air et de paysages grandioses, Elle part plusieurs fois au début du XXème siècle en voyage dans les îles Lofoten, d’où elle rapportera des tableaux qui marqueront l’ensemble de sa carrière. On raconte qu’après son premier voyage, elle y sera retournée une trentaine de fois. Parmi ces tableaux, on retrouve des paysages enneigés, sous le soleil de minuit, mais aussi quelques toiles sur le thème des aurores boréales.

800px-Northern_Lights,_by_Anna_Boberg

Anna Boberg, Aurores boréales – Etude du nord de la Norvège, non daté, Nationalmuseum, Stockholm

Source : wiki commons

Dans un style post-impressionniste, Anna Boberg nous donne une vision lyrique, poétique et colorée des aurores boréales. Chaque touche de couleur apparaît comme une note de musique, composant une symphonie céleste. Cette apparition de lumière dans le bleu obscur de la nuit polaire a quelque chose de mystique. Situées juste au-dessus du cercle polaire, les îles Lofoten sont un endroit de choix pour observer les aurores. Au bord de l’eau, la luminosité urbaine est très faible et le relief alpin de ces îles ne fait qu’accentuer la beauté des paysages. C’est pourquoi Nord Espaces propose le séjour Îles Lofoten et Aurores Boréales.

Northern_Lights._Study_from_North_Norway_(Anna_Boberg)_-_Nationalmuseum_-_21327.tif

Anna Boberg, Aurores boréales – Etude du nord de la Norvège, non daté, Nationalmuseum, Stockholm

Source : wiki commons

 Peder Balke (1804 – 1887)

Après une éducation artistique plutôt romantique en Allemagne sous les influences du norvégien Johan Christian Dahl et de l’allemand Caspar David Friedrich, Peder Balke revient en Norvège pour peindre une œuvre romantique, sublime et dramatique. Il passe de nombreuses années à voyager en Laponie, dans le Finnmark et notamment aux alentours du Cap Nord pour rendre sur ses toiles toute la dimension dramatique des paysages et des lumières qu’il a observé.

Northern Lights, 1870s

Peder Balke, Nordlys, non daté, Nord Norsk Kunst Museum, TROMSØ

Surce : Nord Norsk Kunst Museum

Avec une technique propre et novatrice, il retranscrit dans quelques toiles monochromes des aurores boréales au large des côtes du Finnmark en faisant apparaître des barres lumineuses, comme suspendues dans la nuit noire. Si les aurores d’Anna Boberg sont des symphonies célestes, celles de Peder Balke s’apparentent plutôt aux flûtes d’un orgue jouant un air grave. Trop différente des goûts de l’époque, son œuvre n’a malheureusement connu le succès que très tardivement. Un succès qui s’étend aujourd’hui au-delà des frontières norvégiennes. La National Gallery de Londres a même consacré une rétrospective au peintre norvégien en 2015.

Sur les traces de Peder Balke, la croisière Express Côtier et aurores boréales longe la côte norvégienne jusqu’à Kirkenes en passant par Honningsvåg et au large du Cap nord, lieu iconique où le peintre a puisé son inspiration.

Peder_Balke-Nordlys

Peder Balke, Nordlys, non daté, Nord Norsk Kunst Museum, TROMSØ

Source : wiki commons

François-Auguste Biard (1798 – 1882)

Francois-Biard-Magdalena-Bay

François-Auguste Biard, Baie de Madeleine, vers 1840, Musée du Louvre, Paris

Source : Musée du Louvre

François-Auguste Biard est l’un des très rares peintres français (faites-nous signe si vous en connaissez d’autres !) à avoir peint les aurores boréales. Il eut la chance d’observer ce phénomène lors d’une expédition scientifique dans l’archipel du Svalbard en 1839.

Le peintre nous donne une œuvre sublime, c’est-à-dire où la nature est démesurée, violente et implacable devant l’Homme petit et insignifiant. Les aurores boréales, planant au-dessus des montagnes et des glaciers, sont là pour renforcer cette dimension sublime. On remarque l’absence de couleur dans la représentation des aurores, ce qui laisse quelques interrogations : Avait-il perçu les aurores sans couleur ? A-t-il choisi de les représenter sans couleur pour accentuer cet effet lumineux ? Ou a-t-il fait ce choix en accord avec les codes artistiques de son époque, où le dessin prime sur la couleur ? Peut-être un peu de tout ça !

Depuis 1839, l’archipel du Svalbard est devenue plus accessible et il est désormais possible d’y séjourner l’hiver pour admirer les aurores boréales, notamment avec le programme Aurores boréales au Svalbard.

Représentées de manières très différentes selon les époques et les courants artistiques depuis des siècles, les aurores boréales fascinent, intriguent. Perçoit-on tous ce phénomène de la même manière ? Notre époque a-t-elle une influence sur notre perception de ce phénomène ? L’idéal est de vous faire une opinion par vous-même.

Laurent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s